La notarisation et la légalisation des documents éducatifs

en>ru>zh>ar>es>
fr>
title_image

En entrant dans un établissement d’enseignement supérieur russe, un citoyen étranger fait face à un certain nombre de procédures formelles.

La notarisation, la légalisation et la reconnaissance des documents éducatifs peuvent soulever certaines préoccupations parmi les demandeurs, pour le moins. Le comité de rédaction est confronté à des questions relatives à l'établissement de ces documents.

Voyons voir ce que c’est.

Chaque Etat a son propre système éducatif. Malgré la participation des pays au processus de Bologne, certaines universités du monde ont maintenu la formation aux niveaux traditionnels (comme la spécialisation en Russie). Un certificat ou diplôme étranger peut donc avoir un contenu et une qualité complètement différents.

Les procédures de légalisation et de reconnaissance doivent être suivies afin que le Comité d’admission puisse vérifier, d’une part, l’authenticité du document et, d’autre part, la volonté du demandeur d’adopter un programme éducatif conformément aux normes nationales.

Les documents sur l’éducation d’un ressortissant étranger doivent être traduits en russe et notariés, légalisés si nécessaire, et avoir un certificat de reconnaissance (nom obsolète — nostrification). Précisez quels documents doivent être certifiés, reconnus et légalisés — vérifiez auprès des responsables du comité d’admission ou du département des relations internationales de l’université.

La légalisation des documents étrangers et la reconnaissance de l’éducation étrangère sont des procédures différentes.

Les documents sont légalisés pour l’utilisation légale d’un document étranger dans un autre pays. La reconnaissance de l’éducation vise à accorder des droits d’études ou de travail et confirme l’importance de l’éducation.

Traduction notariale

Lors de l’admission, le demandeur fournit une traduction notariée certifiée du document de formation (ainsi que ses pièces jointes) et le passeport en russe. Ces documents doivent être envoyés au comité d’admission pour l’admission aux épreuves d’entrée. Une traduction notariée peut être effectuée au consulat ou à l’ambassade de Russie dans votre pays.

Légalisation

Pour que les documents éducatifs soient reconnus, ils doivent être légalisés. En vertu de la législation de la Fédération de Russie, les documents délivrés dans un autre État ne peuvent être utilisés (acceptés par les organismes et organisations russes) que s’ils sont légalisés.

La légalisation est l’authenticité des documents éducatifs. Le document accorde au titulaire d’une éducation étrangère le droit de poursuivre ses études dans les établissements d’enseignement russes.

Il n’est pas nécessaire de procéder à la légalisation d’un document éducatif si un traité d’assistance juridique est signé entre le pays de délivrance du document et la Fédération de Russie annulant cette exigence et votre document y est soumis. Une liste complète des pays peut être trouvée sur le site de Glavexpertcentre en chef ou spécifier dans l’ambassade de Russie dans votre pays. Si la procédure de légalisation ne doit pas avoir lieu, il suffit de présenter à la commission d’admission le document original et sa traduction notariée.

2877

Moyens de légaliser les documents éducatifs

  • Légalisation simplifiée (apostille)

Si votre pays a adhéré à la Convention de La Haye de 1961, l’instrument sera considéré comme valide dans plus de 100 États-parties à cette Convention, y compris la Russie, une fois qu’il aura été déclaré. Cela comprend une marque/un timbre spécial — une apostille — sur l’original ou des copies de documents. Le droit d’État sur le détachement d’une apostille est déterminé dans chaque pays sur son propre. Par exemple, en Russie en décembre 2020 — 33 USD.

La légalisation est effectuée pour l’utilisation légale d’un document étranger dans un autre pays. Cette procédure est toujours effectuée uniquement sur le territoire du pays où le certificat d’éducation a été délivré et/ou délivré. Par exemple, la Russie ne peut pas légaliser un diplôme des EAU, et les EAU ne peuvent pas légaliser un diplôme russe. L’autorité désignée pour chaque pays se trouve sur le site de la Convention de La Haye de 1961.

  • Légalisation régulière (consulaire)

Une procedure plus compliquée, qui est effectuée par étapes dans les institutions du pays d’extradition et plus tard certifié par le consulat de la Fédération de Russie. Ce type de légalisation est pertinent pour les pays qui n’ont pas ratifié la Convention de La Haye.

La signature de la personne autorisée (par exemple, le directeur de l’école) et le timbre sont signés. Par conséquent, le sceau et la signature doivent être visibles et lisibles. La procédure est conduite par les autorités officielles des deux parties: d’abord par le pays qui délivre le document, puis par le pays qui reçoit sur le territoire du pays de délivrance par l’intermédiaire du consulat. Le document ne peut être utilisé que dans le pays dont le consulat le certifie à la dernière étape. L’ensemble de la procédure dure d’une semaine à trois mois — selon le pays.

2878

Pourquoi légaliser un diplôme russe ?

  • Poursuivre des études dans un autre pays
  • Pour un emploi dans un autre pays

Faut-il toujours légaliser ?

Non. La légalisation n’est pas nécessaire pour les pays avec lesquels la Russie a un traité multilatéral ou bilatéral sur son abolition.

La légalisation est-elle universelle pour tous les pays ?

Non. Il y a deux types de légalisation: l’apostille ou la légalisation consulaire.

  • L’apostille est obligatoire dans les pays de la Conférence de La Haye de 1961.
  • La légalisation consulaire est utilisée pour tous les autres pays.

Où est la procédure de légalisation des documents ?

  • Pays de délivrance du certificat d’études (votre pays)
  • Dans le consulat de l’État dont l’université a délivré un diplôme (si la légalisation a lieu sur le territoire de la Russie)

Combien de temps prends la procédure ?

En règle générale, il faut de trois à cinq jours ouvrables pour remplir les documents avec une apostille.

Ai-je besoin d’une traduction de l’apostille ?

Non. La traduction est requise pour le document lui-même, qui est certifié par apostille. La traduction doit être notariée.

23.12.2020
Наверх